logo éditions du nouveau millénaire
ligne

Espace presse


Contacter les Éditions

Si vous désirez réaliser un article, un reportage, une émission radiophonique autour de la revue Le Nouveau millénaire, il vous est possible de contacter les Éditions par ce courriel : presse@editions-nm.com.

 
Ressources d'illustrations

Pour obtenir des visuels autour de la revue Le Nouveau millénaire et des Éditions, comme le logo en haute définition ou encore des photographies, d'anciennes publicités, etc., vous pouvez suivre cette liste de ressources.

 
Informations autour de la revue

Quelques mots d'abord sur l'auteur de ces lignes, Alex Messaoudi, fondateur et unique rédacteur de la revue Le Nouveau millénaire.

Détenteur d'un baccalauréat scientifique au lycée Marie de Champagne à Troyes, j'ai d'abord compté entreprendre une carrière de cinéaste en me dirigeant vers une école préparatoire dédiée au septième art ; ayant manqué de peu l'épreuve finale du concours, je me suis ensuite redirigé vers l'IUT de Troyes, où les cours de vidéo et de montage m'intéressaient également. Par la suite, mon goût pour la littérature et la musique a pris le dessus sur mes ambitions de cinéaste. Aussi, étant d'une nature indépendante, je me suis rendu compte n'être pas fait pour réaliser des longs-métrages (cela demandant un grand travail d'équipe), et ne pas avoir la patience pour, tout en craignant les aléas multiples liés au tournage d'un film. L'écriture et la composition m'ont semblé moins hasardeuses quant au processus de création et à la maîtrise de l'œuvre : les idées façonnées par l'imaginaire peuvent être rendues sans influence extérieure, avec donc une meilleure fiabilité. On peut entendre une musique et la restituer comme telle sur la partition ; or, imaginer un décor avec son atmosphère lumineuse, les personnages l'habitant, et un mouvement de caméra dans ce même décor, est bien plus complexe à mettre en pratique, même avec un budget illimité.

La genèse de la revue est venue fin août 2016. Il était d'abord question de créer un mensuel autour de la musique seulement ; presque naturellement, la littérature s'est aussi ajoutée. Dans les mois suivants, un plan a été développé, détaillant chaque section et rythmant le tout : entre les dossiers musicaux et littéraires se faufilent une rubrique d'opinion sur la politique culturelle, une page d'humour, des mots-croisés, etc.

Le mensuel de quarante-huit pages, dont le premier numéro a été révélé au mois de janvier 2017 à l'occasion de mes vingt ans, se donne plusieurs missions. Il s'agit tout d'abord de faire connaître de jeunes artistes — poètes, musiciens, dessinateurs — en proposant leurs œuvres au public dans une rubrique dédiée ; dans le cas des dessinateurs, il est même possible pour eux d'illustrer les différents articles par des portraits des artistes traités. En effet, il est souvent difficile pour des personnes talentueuses de ma génération de percer ; cette revue veut offrir une chance à ceux qui le méritent.

Le mensuel se donne également pour objectif de faire découvrir des représentants majeurs de la musique et de la littérature francophone — pas uniquement française, donc —, issus essentiellement de la période romantique. Le deuxième numéro, dévoilé en février, traite notamment de Louise Farrenc, pianiste, compositrice et pédagogue ayant connu une certaine renommée en son temps mais totalement ignorée depuis sa mort, ainsi que d'Émile Nelligan, poète faisant la fierté du Québec d'où il est originaire, et malheureusement trop peu connu sur le territoire français. Par ce choix d'auteurs et de musiciens oubliés et pourtant géniaux, Le Nouveau millénaire souhaite ainsi sortir des sentiers battus, tout en essayant de réhabiliter leurs œuvres. D'un côté, les auteurs francophones œuvrant en dehors de l'Hexagone font face à un mépris incompréhensible par la critique et le public français, même si l'on note une amélioration en ce sens ; de l'autre côté, les femmes artistes sont sous-représentées, en particulier en musique, et encore aujourd'hui nous ne trouvons que trop peu de prénoms féminins parmi les chefs d'orchestre ou les compositeurs contemporains.

Enfin, Le Nouveau millénaire veut sensibiliser le public troyen sur les questions de politique culturelle, qui font alors l'objet d'une rubrique d'opinion de quatre pages dans chaque numéro. Dans le second numéro par exemple, la suppression radicale des subventions accordées jusqu'alors aux conservatoires de province est longuement évoquée, ainsi que le manque cruel d'implication de l'État au sein des projets locaux.

Pourquoi avoir choisi comme nom Le Nouveau millénaire ? D'abord pour une raison simple : ce troisième millénaire est encore naissant. Ensuite vient l'ambition de faire ressurgir les idées romantiques pour longtemps ; si celles-ci ont pu marquer un siècle entier, elles peuvent tout aussi bien donner l'élan des mille années à venir dans l'art français.

 
ligne
Les Éditions du Nouveau Millénaire — Tous droits réservés, 2017
AIDE D'UTILISATION DU SITE  —  CGV  —  MENTIONS LÉGALES  —  REVUE  —  CONTACT  —  LIBRAIRIES PARTENAIRES  —  PROPOSER UN MANUSCRIT